Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Vous saurois exprimer. J'envoyai aussy Ie marquis de la Porte au Vermandois, oü M. de Vouzi 1'accompagna, affin de le faire reconnoistre aux officiers pour capitaine a la place de Tamboneau et le prier d'observer ma manoeuvre et de s'y conformer. J'envoyai encore avertir tons les capittaines de la division de la perte de M. Dalmeras, et de se regler sur les mouvements du Pompeux.

Pendant que ces ordres alloient et qu'ón les recevoit, le feu ne cessoit point ; il estoit grand de part et d'autre et M. Gravier qui avoit reriipli le vuide du IAs avec lé Magnifique, et serré la file, ent a son tour a se batre contre l'admiral Rutther. Sans mentir ni flater, il répondit au feu de eet admiral prés d'une heure sans arriver d'un pouce: aussy depuis je 1'ai baisé mille fois. M. de Chatteauneüf qui Venoit après luy n'oublia rien pour se distinguer, et faire connoistre que s'il manqua de eonduitte au combat précédent, il n'avoit jamais manqué de cóurage. Je ne scaurois assez vous dire du bien de M.™ de Fortin, de Belle Fontaine et de Saint-Aubin: pas un de la division ne s'est déraenty et chacun a demeuré ferme en sa place. Le combat eommenca a 1'avant-garde qu'il estoit prés de 4 heures et ne finit qu'a 7 heures passées, la teste des ennemis ayant reviré a cause du mauvais traitement que leurs vaisseaux avoient receu.

Le prémier qui a trois ponts et qui est monté de 70 pièces se retira avec sa grande vergue et son hunier bas; le petit hunier manquait a celuy qui le suivoit; le 3e estoit desmaté de ses deux huniers eik le 4", segond deiUadmiral Rutther, de sou grand mast. Les galères süpléérent a ces manquements, les remorquèrent et les tirèrent de nos mains ; :üahs ce secours nous les aurions achevez, c'est mon opinion et je ne suis pas seul de eet avis. M. Rutthér ne les suivoit pas, il aima mrèii essuyer le feu de la queue de nostre division en mettant ses voiles a la scie pour s'approcher de son corps de bataille que de revirer. sott vaisseau ne paroissoit pas endomagé dans sa mat ure, mais il estoit d'ailleurs assez en désordre, et peut-estre que sa personne n'a pas esté inutile. A son ordinaire, il a tesmoigné beaucoup de valeur, et il est certain qu'il n'a jamais donné de battaille oü il se soit moins ménagé; j'attends impatiemment de voir la lettre qu'il enverra a ce sujet a ses hauts et puissants seigneurs. Quel bonheur pour moy si le Pompeux se fust trouvé en estat de revirer sur luy, et les autres vaisseaux de la division de me suivre! M.™ de Vouzi et de Saint-Symphorien avoient porté l'ordre a mes camarades qui ne demandoient pas mieux, mais il n'estoit pas en leur puissance non plus qu'a la miemie. Vous n'en douterez pas quand vous jetterez les yêux sur 1'estat des consommations des vaisseaux de nostre division.

Cependant j'estois tenté de faire ce mouvemént, mais le Pompeux refusa de virer. II est vray que j'hazardois en faisant cette. manoeuvre de déplaire a M. du Quesne, qui avec> raison nous défendib de quitter

Sluiten