Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Quand je 1'ay reprësenté a M". les intendants comme aussy d'embarquer les officiers et ustancilles de 1'höpital sur deux flutes, ce .qui: feroit un effect merveilleux pour teriir les esquipages én santé, ils renvoyent a la cour. De'plus il se fait un desgat dé voilés que l'on nomme en cette mer des' coutélas de quoy l'on est^obligé de faire des cargouchês faute de donner suffisamment du parchemin pour la quantité de poudre que l'on eurbarque, ce qui est un'grand abus, les commissaires ne sachant pas ce que ce consommé de plus dans les armemens de paix. r>£

L'arméè du Roy sortira d'icy sans le moindre articlè de rechange et avec peu de poudres a 1'esgard dé cè qu'il en faudroit pour recharger lés ennemis dans une occasion oü il faudroit estre en estat de les pousser a bout. II ést vray qu'il s'est fait une grande consommation de poudres dans lés extraordinaires ce que je ne soüffre nullement quaud j'ay 1'honueur de commander: 1'ancienne coutume des gallères y contribue beaucoup, paree qu'ils saluent indifféremment de 4 coups de canon en entrant ceux qui les vont visiter. < fr/m

Concernant cés choses j'en feray un mémoire eu particulier et de tous les articles 'contenus dans la depesche du Roy en datte du: 26e febvrier dernier que j'envoyeray paria prochaine ocasioriaprès cellecy dont 1'expédition' est pressée.

II est important que S. M. soit informée que tous ses vaisseaux en partant d'icy ne seront en estat que de naviguer 1'esté a cause de la grande quantité de coups de canon qu'ils ont dans leurs grands mats et grandes vergues et qu'il y en a beaucoup qui font beaucoup d'eau et que si on croyoit une partie des officiers ils'trouveroient leurs vaisseaux innavygables a moins de. .réparer ces derniers besoinsceque je trouverois trés juste et utile au service sy on en avoit le temps.

Et comme j'aprens par M. le duc de Vivonne qu'il faut que l'armée aille en Provence pour y prendre des. vivres et le secours de troupes que S. M. a destiné pour la Sicilië et qu'il est de la dernière importance que ce secours arrivé au plus tót a Messine et qu'en effet l'on asseure de Toulon que toutes choses y sont prestes mesme avant nostre arrivée, il plaira au Roy de considérer que si son armée entre dans les rades de Toulon et que l'on prétende radouber les vaisseaux cómme il appartiendroit, je ne crois pas que dans deux ou trois mois l'on y put satisfaire, et ce que je crois le plus dangereux ce seroit la désertion des équipages qui se sauvent a la nage dans la nécessité d'envoyer les chaloupes a terre pour aller prendre les choses nécessaires au port ou remorquer les barques derrière. Cet article est le plus important et irrémédiable en Provence dans un empressement, car souvent il en déserte plus qne l'on en ramassë, auriez-vous autant de prevosts et d'archers que de matelots. C!ëst 'pourquoy au dernier voyage de Toulon je n'ay point souffert a aucun vaisseau de donner carenne qu'a ceux

Sluiten