Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

& la portée du pistollet et les ont notablement jncommodés du feu de leur canon.

Les capitaines de brulot se sont signalez et on ne peut pas assez louer Sion, Honnorat, du Rivaut et Serpwrt. Et il est a remarquer de ce dernier qu'après avoir exécuté et employé utillement son vaisseau, il a remonte voloutairement sur un vaisseau d'un de ses camarades pour 1'ayder a faire son devoir, couiptant pour rien le péril dont il venoit de sortir. La perte a esté petite en esgard a une si grande victoire.

Les S." de Gonvalin et Neuville enseignes ont esté tués en escortant les cbaloupes des brolots: le S.r de S.* Symphorien enseigne du Pompeux blessé a la main; quelques autres officiers mariniers ont eu des bras et des cuisses emportées mais en petit nombre. Le S.r de S.' Fraize et le ehevalier de Challais, enseignes, se sont fait remarquer, et le S.r de Champigneul dont la disgrace 1'a réduit a servir de soldat sur le Téméraire y a fait son devoir en officier expérimenté et capable de quelque chose de mieux.

gar le rapport qui a esté fait par quelques esclaves turcs qui ont «sté interrogés en leur langue par le chevalier de Tourville, les ennemis out perdu dans cette occasion outre les corps des vaisseaux et galères, trois a quatre mille hommes tuez, hruslez ou noyez, et six a sept eens pieces de canon.

256. „RELATION de la victoire remportée par l'armée navalle de S.1 M. sous Ie commandement de M.r Je maréchal duc de Vivonne, sur celles d'Espagne et de Hollande, devant la ville de Palerme, le 2* juin 1676" x).

Le 21* may les galères du Roy estant arrivées a Messine leducde Vivonne est party avec elles et avec les vaisseaux le 28* pour aller a Palerme chercher l'armée navalle des ennemis qu'il avoit apris estre la, et qu'elle n'avoit pas encore achevé de se raccomoder. Nous arrivasmes le dernier may au soir a la hauteur de Palerme, et le lendemain le duc de Vivonne envoya tout le corps des galères pour reconnoistre sy les ennemis estoyent dans le port et en quel estat ils y étoient. II fist mesme embarquer sur les galères M. Gabaret, M. de Tourville, M. de Langeron et M. le chevalier de Chaumont pour faire la mesme observation et pour sonder jusques öü les vaisseaux pouvoient aprocher du feu des ennemis. Les galères s'aprochèrent jusques a demy portée de canon et s'y arrestèrent tout le tems que les messieurs des vaisseaux sondèrent; estant revenus ils nous rendirent compte qu'on pouvoit aprocher du lieu oü étoient les ennemis, dont l'armée étoit composée de 27 vaisseaux de guerre, de 19 galères et de 4 brulots, et qu'elle estoit toute estendue sur une ligne dans le plus bel ordre du monde, ayant

1) A. N., Marine B* 7. — „Joint a la lettre de M- de Vivonne du 8 juin 1676".

Sluiten