Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Le conseil fut assemhlé a bord de 1'amiral et les différens avis sur les meilleurs moyens de rendre cette journée glorieuse aux armes du Roy furent réduits a 1'avis du duc de Vivonne, qui résojut de faire attaquer la teste' des ennemis par neuf vaisseaux, sept gallères et cinq brulots, pendant que nostre armée s'attacheroit a leur corps de bataille et a leur arrière-garde.

Le marquis de Preuilly, chef d'escadre choisi pour commander le detachement, sortit de la ligne le 2" de ce mois, avec les marquis d'Amfreville et de Langeron, les chevaliers d'Ailly, de Lhéry, de la Motte, de Coëtlogon, et , les sieurs de Beaulieu et de Chasteauneufi avec cinq brulots et sept gallères, commandées par le chevalier de Butomas, dont les capitaines estoyent les chevaliers de Breteuil, de Jansson, de Forville, le commandeur de Mandes et les sieurs de Maubousquet et Despannet. ÉÊJÊM

Ce detachement prit d'abord la teste de nostre armée, et favorisëe d'un vent nord-est, il approcha des premiers vaisseaux hollandois et espagnols a la longueur d'un cable, mouilla dans ce mesme lieu oü ils avoient jetté leurs ancres, se prépara a commander le combat et a se mettre en estat d'assëurer 1'action des brulots, sans tirer uhseul coup de canon.

Les ennemis firent pendant tout ce temps un grand feu; mais ne pouvant ensuite soutenir le nostre, craignant les brülots, estonnés d'une audace a laquelle ils ne se croyoyent pas exposez, se confiant vainement aux forts et aux bastions de Palerme, ils coupèrent enfin leurs cables, et quelques-uns cherchèrent leur salut en eschouaut aax terres les plus voisines.

Dans ce désordre trois des brulots du détachemeat abordèrent trois vaisseaux qu'ils brulèrent: et dans ce tempé, nostre armée estant tombée sur l'arrière-garde et sur Je corps de bataille des ennemis oü estoyent les amiraux d'Espagne et de Hollande, le feu fut grand de part et d'autre, et Ie «ombat quelque temps opiniastre.

Maas le duc de Vivonne donnant ses ordres et son exemple au - milieu du péril, profitant de la confusion qu'un combat de si pres, le désavantage du veut, et la terreur de 1'abordage avoyent jetté dans l'armée ennemie, il la pressa et la mit dans un désordre qui luy donna des espérances certaines de la victoire.

Cependant deux brulots s'attachèrent a 1'amiral d'Espagne: le capitaine Honorat Paborda par son travers et y mit le feu, et le capitaine Touecas 1'aborda un moment après par sa poupe, etasseura 1'embrasement du vaisseau.

Tous nos officiers généraux et particuliere mirent dans un estrange désordre les divisions des armées ennemies qu'ils pressoyent de tous costez; ceux qui commandoyent leurs quatre brulots y .mirent le feu, de prainte. d'estre pris; le viceramjral d'Espagne et le eontre-amiral

Sluiten