Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

avec la modestie ordinaire des nouvelles qu'on donne au public, qu'ils ont perdu dans la seule occasion oü nous avons eu 1'avantage entier du vent, douze corps de leurs plus grands vaisseaux, six galères, sept cent pièces de canon, plus de cinq mille hommes; et que cette bataille a este' plus funeste aux vaincus, et plus gloriense aux vainqueurs, qu'on en aft donné sur la mer depuis la bataille de Lepante.

* On apprit mercredy dernier cette nouvelle importante par 1'arrivée d'un courrier dépêché par le marquis de Villars, ambassadeur de S. M. a Turin. Et le marquis de Langeron avec le chevalier de Chaumont, major de l'armée navale, que le duc de Vivonne a envoyez au Roy, en out porté 1'entière confirmation, avec toutes les circonstances véritables dont ils ont esté les témoins.

A Paris, du Bureau d'adresse, aux Galleries du Louvre, devant la rue S.' Thomas, le 23 juin 1676. Avec privilège.

258. COLBERT AAN DUQUESNE, 21 Juni 1673»).

II seroit difficile de vous pouvoir bien exprimer la joye et la satisfaction que le Roy a receu apprenant la continuation des grandes actions que son armée navalle a exécuté cette année, et qu'elle vient de finir par la plus glorieuse et la plus advantageuse action qui ayt jamais esté exécutée par aucune armée navalle. Je me resjouis en mesme temps de la part considérable que vous y avez, dont je ne doute pas que le Roy ne vous tesmoingne sa satisfaction aussytost que S. M. aura receu toutes les lettres et les relations de cette belle et grande action qui luy ont esté portées par le major de la Marine et le marquis de Langeron qui sont partis cette nuict de Paris pour aller trouver S. M.: au surplus j'euvoye dès a présent au ,Sr. Arnoul des ordres du Roy si pressaus pour exécuter tout ce que vous désirerez, ét tont ce que vous estimerez nécessaire pour le bien dn service pour remettre ses vaisseaux en mer avec toute la diligence qui est nécessaire pour continuer toujours de combattre et de vaincre les vaisseaux ennemis et les chasser enfin des mers de Sicile, que je ne doute pas qu'il n'ayt de quoy fournir a tout ce qui sera nécessaire pour la diligence que vous désirez.

Vous aurez appris a vostre arrivée aux Isles d'Hyères qu'il a ordre de se servir des cinq vaisseaux qui sont sous le commandement du S.r du Magnon pour les remettre en la place des cinq les plus maltraité/, de l'armée, et qu'il en a mesme fait préparer quelques-uns

l) A- N., Marine B* 33. - Uit Sceaux.

Sluiten