Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

261. SEIGNELAY AAN DUQUESNE, 11 Juli 1676 «).''

Pour response a vostre lettre du 3* de ee mois, S. M. attend avec' nne extréme impatience des nouvelles du départ de l'armée navalle. Vous n'escriviez point encore dans quel jour vous espérez qu'elle pourra mettre a la'voile, et par la lettre que S. M. a receue du 7' du S.r Arnoul,' il ne parle point du temps du départ des vaisseaux: cependant vous connoissez de quelle extréme nécessité il est qu'ils retournent promptement a Messine. Le Roy recoist des nouvelles de tous costéz que les' ennemis sont dans un abattement tel que si la flotte paroissöit a point, elle pourroit causer des révolutions considérables dans le Royaume de Hicile et de Naples, et ce seroit un grand malheur que cette lettre vous trouvast encore a Toulon.

Je suis persuadé que les raisons que vous avez eues pour faire demeurer aux isles d'Hyères les vaisseaux sont bien fondées, cependant je dois vous dire qu'il y a a présent un mois que les vaisseaux sont de retour aux rades desdites isles, sans qu'on leur ayt fait aucun radonb ny carenne, et S. M. a lieu de croire par les léttres du S.r Arnoul, qu'ils ne sont pas encore partis. Ce retardement est trés préjndiciable dftns le temps' présent des affaires.

1) A. N., Marine, B' 33. — Uit St. Germain.

Sluiten