Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

«t il est inutile que j'insiste, mais eet esprit presomptueux nous montre une fois de plus la mentalite allemande qui confond 1'esclavage et la tyranme avec 1 esprit d orgamsation, mais nous ne voulons a aucun pnx de cette orgamsation la.

L/auteur des deux "Lettres ouvertes" se demande encore si la Belgique sera "Pays d'Empire" ou incorporee dans la Fédération des peuples germamques, car, que les aliies refoulent encore les allemands jusque sur le Rhin, ce n est la — d'après lui — qu'un doux et chimerique espoir, dont on

nous berce encore, nous Beiges. _ _

Non Monsieur 1'imposteur, nous ne serons ni pays cl Empire, ni incorporés dans la Fédération des peuples Germamques, nous serons et nous resterons Beiges libres et independants, et ie le crie de toute la force de mes poumons a mes compatriotes, tant a ceux restés au pays, qu a ceux residant a étranger, nous redeviendrons bientöt ce que nous avons été et ce que nous resterons, libres de toute tyranme allemande et indépendants. Mes chers compatriotes qui me lisez, repoussez loin de vous les faux Beiges, comme celui que je veux démasquer, dédaignez leur langage veneneux, qui n a d'autre but que d'endormir votre courage et de semer la mefiance et la discorde entre nous. Après 23 mois de guerre, 1'horizon commence a s'éclaircir: grace a nos vaillants A liés, F rangais,' Anglais, Italiens, Russes, lheure de la delivrance approche, et bientöt notre chere Belgique pourra bri ser la grille derrière laquelle elle git captive sous 1 etremte brutale de ses bourreaux. Plus que jamais, Beiges, courage et patience; après la bataille de la Marne en Septembre 1915 qui a coüté a 1'armée allemande des pertes considerables, nous avons encore a enregistrer leur echec a Verdun ou depuis des mois ils piétinnent sur place en y perdant a peu prés un Régiment par jour, et oü la glorieuse armée trangaise subit journellement, sans la moindre defaillance, des chocs épouvantables; après 1'heureuse offensive franco-anglnise de la Somme, qui a permis a nos Alliés frangais et angLais de faire plus de chemin en cinq jours que les allemands n en ont fait a Verdun en cinq mois; après la reculade _ des autrichiens sur le front Italien, après les succes mvraisemblables des Russes sur le front oriental oü nos ennemis^ perdent environ 500.000 hommes en un mois de temps et ou 1 armée autrichienne fuit en débandade, après toutes ces victones successives qui ne sont encore qu'a leur debut, nous pouvons espérer que le Dieu de Justice n'abandonnera pas la Belgique et ses nobles Alliés, mais fera triompher notre cause qui est celïe de 1'humanité toute entière. Non, 1'espoir dont on nous berce n'est pas une chimère, mais sera bientöt la réalite, nous le sentons, nous le voulons, et bientót nous verrons de nouveau flotter le drapeau national sur nos Hotels de y^le et sur nos clochers, tandis que nous foulerons aux pieds

Sluiten