Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

effet, avec lc progrès incessant de 1'industrie en Allemagne, est venue la prospérité, et 1'ouvrier agricole a abandonné ses champs et ses travaux agricoles pour venir dans les villes et dans les centres industriels gagner un salaire plus élevé, et la population des villes a donc augmenté au détriment de celle des campagnes, mais 1'émigration proprement dite a diminue dans des proportions considérables. Pendant les cinq dernières années précédant le début de la guerre, la moyenne du nombre d'émigrants a été d'environ 23.300 par an, (1) dont les trois quarts a destination des Etats Unis et non pas des colonies allemandes, et par contre, de même que quantité d'ouvriers flamands émigrent chaque année vers le Nord de la F rance pour les travaux agricoles, de même chaque année a 1'époque des récoltes, 1'Allemagne devait faire appel aux ouvriers agricoles de la Russie et de la Pologne pour rentrer les moissons. L'argument que 1'Allemagne devait trouver de la place pour sa surpopulation est donc de la légende, pour ne pas clire plus.

Principes allemarids.

Les mots de Droit, de Justice, de Loyauté, de Traités ou de Conventions, n'existent dans le dictionnaire allemand que comme synonymes de faiblesse ou de chiffons de papier, et le Général von Bernhardi s'applique de son cóté a enseigner au peuple allemand des principes qui sont le contre-pied des principes de la civilisation; voici quelques-unes de ses idéés: ''Partout règne la loi du plus fort."

''Le droit de conquête est reconnu par tous".

"La guerre est un facteur indispensable de la civilisation." "La loi est 1'amie du faible."

"Les efforts tentés en vue del'abolition de la guerre ooivent "être considérés comme franchement immoraux et stigmatisés "comme indignes de 1'humanité."

"Par bonheur il faut considérér comme irréalisables les . "aspirations a la paix dans notre monde."

"Notre peuple doit apprendre a reconnaitre que le maintièn "de la paix ne peut et ne doit jamais être le but de la politi"que." ' (

"La neutralité n'est qu'un rempart de papier."

L'on se demande comment des énormités pareilles peuvent entrer dans le cerveau d.'un intellectuel, a moins que eet intellectuel ne soit réellement un bretteur et un batailleur par nature, et comme les livres de von Bernhardi fourmillent de Imaximes brutales comme celles que je viens de citer, et qui révoltent notre conscienee, on peut se faire une idéé des

1] „l'Allpmagne avant la guerre" par le Baron Beyens.

Sluiten