Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ment d'entamer des négociations de paix, et cette déclaration la a certes une autre valeur que celle de 1'auteur anonyme que je démasqué. Spécialement en ce qui concerne la question de la paix, ni les neutres, ni les Beiges, n'ont besoin d' être égarés: les journaux quotidiens de tous les pays prennent soin de tenir le monde au courant de la débacle prochaine de 1'Allemagne; les armées des deux empires centraux sont tous les jours honteusement battues par les superbes troupes du Czar: sur tout ce front immense qui s'étend depuis Riga jusqu'aux frontières des plaines de Hongrie; les vaillantes troupes frangaises tiennent a Verdun depuis plus de cinq mois, malgré les renforts que le Ivronprinz y fait amener journellement, et oü il envoie inutilement^ ses soldats a la boucherie; sur le front de la Somme oü les allemands s' étaient renforcés depuis prés de deux ans, oü chaque village et chaque ferme étaient tranformés en forteresse, sur ce front que les boches prétendaient absolument imprenablp, ils sont depuis quelques semaines en pleine déroute, refoulés journellement par 1'admirable offensive Anglo-frangaise et ils y laissent des millieurs de prisonniers et des centaines de canons entre les mams des Alliés et des milliers de morts sur le terrain. II y a quelques jours a peine, un officier Bavarois, fait prisonnier, a déclaré que dans un des derniers combats a la Somme, de tout son régiment comptant 3500 hommes, il en est resté a peine.500. Et 1'offensive des Alliés ne fait que s'étendre!

De plus, le spectre de la famine commence a menacer 1' Allemagne, grace a 1'énergique blocus anglais, et rien ne pourra plus la sauver de ce fléau, de sorte que dans un avenir rapproché, les Alliés auront remporté une doublé victoire sur leur ennemi, qui sera battu économiquement et par les armes.

Pas de |jaix avant la victoire définitive

Non, non, pas de paix avant 1'écrasement de 1'ennemi cominun. Tous, Anglais, Frangais, Beiges, Russes, Italiens, Serbes, nous sommes animés des mêmes sentiments, de la même volonté de persévérer jusqu'au bout dans la voie dans laquelle nous nous sommes engagés.

Non, présomptueux teutons, les Alliés resteront fraternellement unis jusqu'au bout de la route ardue, comme nos vaillants soldats sont déja fraternellement tombés cöte a cöte, et ce serait faire injure a nos glorieux morts que de conclure une paix hybride avec 1'ennemi qui a mis le monde a feu et a sang. Non, ce n'est pas pour conclure une paix boiteuse avec 1'hydre au casque pointu, que des millions de jeunesses ont été fauchées brutalement; nous, petit peuple Beige, nous avons lachement ét^ attaqués premiers, et c'est nous qui

Sluiten