Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

"out etabli que les opérations militaires cles allemands s'ac"compagnaient d'assassinats en masse, de pillage de villes "entières, de masgacres prémédités d'hommes, de femmes et d enfants. d incendies de villes industrielles et prospères, "cl0 violation et de sacrifices de monuments précieux. Ce "fut une bonte de tous les instants, par laquelle les allemands 'ont dépassé tout ce qui s'est commis pendant la guerre de t rente ans. Jamais le souvenir de ces évènements ne s'ef"facera de la mémoire des Beiges, ni du blason de 1'Al"lemagne.

( "Les Alliés doivent aux Beiges une reconnaissance incom-^mensurable pour la résistance offerte aux allemands. Et le "moral de ceux des Beiges qui sont demeurés au pays n'est pas moins admirable.

^ Encore au mois de mai de cette année, le gouverneur alIemand en Belgique a signé un nouveau décret pour ap"pliquer la. loi avec plus de rigueur que jamais aux ouvriers "qui refusent de travailler pour 1'ennemi. Cette dernière ^ mesure mit le comble a la politique d'oppression a ou^trance que les allemands imposent a ces hommes indompt tables qui continuent a refuser d'être les complices de 1' "asservissement de leur peuple.

. "En Angleterre, poursuivit M. Asquith, nous suivons ces faits avec attention. Nous ne pouvons jamais les oublier. ' Nous réparerons les injusticés commises!

,.v,"Au nom du PeuPle anglais, M. Asquith invita 1'assemblée t>a; envoyer un message en Belgique. II pria les Beiges présents de faire savoir a tous leurs compatriotes que c'est leur ^ exemple aui a fortifie et enthousiasme les armées alliées; ^que les Alliés partagent leurs souffrances et admirent leur patience et leur courage pro'fondément; et que, 'lorsque ,','1'heure de la délivrance viendr i car elle sOnnsra bientól „le fait d avoir participé a rendre sa liberté et ion indé„PeP. ance au PeuPle du monde qui y avait les droits les plus t mcliscutables, demeurera pour lAngleterre un souvenir éternellement glorieux."'

Restons unis!

Mais en attendant cette fin de guerre terrible, restons, etroitement unis, car 1't nion fait la Force, bannissons de notre esprit tout ce qui peut nous diviser, pour ne songer cju'a ce qui nous unit ; laissons 1'ennemi s'évertuer a appliquer chez nous son principe "divide et impera", et montrons lui que tant qu'il sera chez nous, tant qu'il souillera de sa présenoe notre sol sacré', il p'arrivera pas a nous diviser; que tant qu'il restera sur ,terre deux Beiges, qu'ils soient flamand.s ou_ wallons, ou catholiques, libéraux ou socialistes, ils seront unis pour venger les crimes commis par les allemands sur une

Sluiten