Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

atres allemands, leurs sociétés allemancles,' leurs eglises allemandes, leurs fournisseurs allemands, ils continuaient a causer allemand entre eux et autant que possible avec les autres, ils élevaient leurs enfants en allemand, bref, ils n' avaient aucune attaché avec la société beige qui ne les intéressait guère, si ce n'est pour 1'exploiter et pour en tirer tout ce qu'elle pouvait leur donner, aucune attaché avec la Patrie Beige dont ils avaient cependant sollicité la naturalisation. Ces naturalisés formaient véritablement un Etat dans 1'Etat, leurs notables étaient a la tête de toutes les fêtes allemandes, la date de la naissance de 1'Empereur, le 27 janvier, était fêtée en grande pompe, et tous les naturalisés y poussaient des Hoch, Hoch, et des Deutschland über Alles sans fin, alors que pour eux, la fête du Roi-Héros, du Roi-Soldat, de notre glorieux Roi Albert, passait inapergue. La plupart d'entre eux étaient souscripteurs a 1'Emprunt de Guerre allemand, et aujourd'hui que nous savons a quoi 1'argent de eet Emprunt a dü servir, nous estimons que ces souscripteurs naturalisés doivent être accusés du crime de trahison en vers notre Patrie.

L'esprit de la naturalisation est que le naturalisé fait de son pays adoptif sa nouvelle Patrie, s'y consacre entièrement, adopte ses usages et ses rnoeurs, en un mot tache de se 1' identifier autant que possible, mais ces idéés de sincérité' et de loyauté n'entrent pas dans un cerveau allemand. Celuici ne se fait généralement naturaliser que pour des raisons pécuniaires ou avec d'autres arrière-pensées, mais il n'en reste pas moins sujet allemand, car la loi du 22 juillet 1913 permet a un allemand de se faire naturaliser dans un autre pays, sans perdre sa nationalité d'origine. Le Baron Beyens, notre Ministre a Berlin avant la guerre, écrit que 1'acquisition d'une autre patrie est considérée par la nouvelle législation allemande comme une naturalisation fictive, dont 1'intéressé n'a pas a se préocuper, du moment qu'il entend au fond de son coeur rester allemand et qu'il a obtenu de 1' autorité compétente de son Etat d'origine, 1'autorisation écrite de conserver sa nationalité, sur 1'avis conforme du Consul d' Allemagne. Même les descendants de naturalisés, établis sur territoire étranger, peuvent rester allemands.

Ori voit ainsi par quels moyens méprisables, 1'Empire Allemand a consolidé sa position partout dans le monde, et c'est grace a ces moyens que ces milliers de teutons ont pu abuser de la large hospitalité qu'ils rencontraient chez nous. Aussi espérons-nous qu'une des premières mesures que notre Gouvernement prendra a sa rentrée en Belgique, sera le travail d'épuration auquel nous faisons allusion, afin que nous puissions respirer un air pur et sain, et non un air vicié par le contact de cette meute teutonne.

Sluiten