Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

conseil de guerre qui seront pour eux sans pitié, ils devront rougir journellement en devinant sur les lèvres de leurs concitoyens les épithètes de "lache" et de "déserteur" ils devront rougir pour leurs enfants, ils devront rougir iusqu'a leur dernier jour pour expier leur félonie envers la Patrie.

Conclusion.

Et vous, chers concitoyens, qui devez vivre en pays oecupé, sous le lourd talon boche, exposés sans cesse aux vexations et aux persécutions d'un ennemi sans scrupule, continuez a braver la tyrannie et tout son cortège, continuez, malgré le, joug du vainqueur temporaire, a vous montrer rebelle et" insoumis, et a lui prouver que le Beige ne plie pas Jei genou. Vous aurez ainsi contribué a soutenir 1'oeuvrc de vos frères, de vos fils, de vos époux, de vos fiancés, qui, ia-bas, aux bords de 1'immortel Yser exposent constamment leur existence pour le salut de tous, qui lut^tent jour et nuit pour 1'écrasement de la tyrannie et le triomphe du Droit et de la Liberté, qui lutten't sans trève ni repos pour la délivrance de notre chère Belgique, qui luttent jusqu'a la mort pour le Roi et la Patrie.

Je tiens a rappeler ici le beau et vibrant discours prononcé par le Roi Albert a la Réunion des Chambres Beiges, le 4 Aoüt 1914, paree que cette harangue patriotique nous tragait notre devoir et la conduite que nous avions a tenir pendant le cours des graves évènements qui se préparaient a ce moment la, et c'est avec le sentiment d'une joie indicible que nous constatons que la population Beige toute entière a suivi a la lettre la parole Royale.

Voici textuellement le discours du Roi:

"Messieurs,

Jamais, depuis 1830, heure plus grave n'a sonné pour "la Belgique: 1'intégrité de notre territoire est menacée. " La force même de notre droit, la sympathie dont la Selgi"que, fiére de ses libres institutions et de ses conquêtes "morales, n'a cessé de jouir auprès des autres nations, la "néceSsité pour 1'équilibre de 1'Europe de notre existence "autonome, nous font espérer encore que les évènements1 "redoutes ne se produiront pas.

" Mais si nos espoirs sont dégus, s'il nous faut résister Ji "1'invasion de notre sol et défendre nos foyers menacés, ce "devoir, si dur soit-il, nous trouvera armés et décidés aurx "plus grands sacrifices.

Dès maintenant, et en prévision de toute éventualité, notre "vaillante jeunesse est debout, fermement résolue, avec la "ténacité et le sang froid traditionnels des Beiges, a défendre "la patrie en danger.

" Je lui adresse, au nom de la nation. un fraternel salut. "Partout en Flandre et en Wallonië, dans les villes et les

Sluiten