Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

les autres pro vinces 1'accroissement est resté au-dessous de la moyenne générale, dans certaines d'entre elles on constate même une régression formelle.

Quant a la répartition de la population entière et celle des Juifs dans les grandes agglomérations (tableaux VI et VII), on constate que dans les deux groupes la même tendance domine, a savoir la concentration importante dans les grands centres. Cette tendance est toutefois plus accentuée chez les Juifs.

Amsterdam, la capitale du pays, prend une place prépondérante dans ce développement. Depuis un demi-siècle la moitié des Juifs néerlandais habitent la capitale. En 1930, 10% de la population totale habitait Amsterdam, cette proportion est de 60% chez les Juifs (tableau IX).

III. Sexe et Age (Tableaux XI—XIV).

Depuis des dizaines d'années les groupes les plus jeunes sont moins bien représentés chez les Juifs que dans la population totale. L importance relative de ces groupes diminue aussi, il est vrai, de recensement en recensement, en ce qui concerne la population totale du royaume, mais, chez les Juifs, cette diminution est plus rapide. Cette différence défavorable devient par conséquent de plus en plus

grande chez eux.

Dans la période de 1899—1930, le nombre de gargons et de filles de moins de dix ans a diminué chez les Juifs de 36%. Pour la Hollande entière ce chiffre n'est que de 13% pour le même groupe (tableau B).

Dans la période de fécondité le nombre de femmes juives mariées est relativement moins grand que dans la population entière. Ce qui veut dire que les femmes juives ont donc une moins grande part que les non-juives a la procréation. Pour 1'avenir cela signifie qu il y aura un accroissement lent des groupes procréatifs, avec, comme résultat, une diminution nouvelle du nombre des naissances.

IV. Mariages (Tableaux XV—XXVI).

L'age moyen auquel on se marie est plus élevé chez les Juifs que chez les non-Juifs (tableaux XVI—XVII. Amsterdam, tableau XX).

Sluiten