Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

L'impression que la forêt fait sur nous est, d'après les circonstances, plus ou moins grave. Une forêt de hêtres nous ranime et nous rend joyeux. Les troncs grisatres luisants, sont couronnés d'une verdure foncée formant de belles arcades, qui font passer les rayons refractés d'une maniére magique.

L'air qu'on y respire est du plus pur. Les feuilles tombantes se décomposent trés lentement et ne nourisssent que quelques herbes grêles et une mousse tendre. La perspective pittoresque, dont on jouit parmi ces troncs, est illimitée par 1'absence d'arbustes et de bois taillis qui puissent s'y opposer.

La morne silence qui y règne a quelque chose de majestueux qui fait du bien.

Touriste ou chasseur, qui parcourt le bois, est mis en train de chanter avec Tieck: „Silence du bois, qui rend joyeux aujourd-hui et demain jusqu'a la fin de mes jours, oh que me ranime votre splendeur majestueuse! Quel contraste avec la forêt des sapins communs (Pinus silvestris).

II y a la cette obscurité mystérieuse qui nous met dans une disposition sérieuse et bien grave qui ne tarde pas a accabler quand les arbres s'y trouvent trop unis, de sorte que 1'épaisseur empêche au soleil d'y pénétrer et aux oiseaux d'y traverser en volant.

Sluiten