Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

écorchée a St. George, 23 Avril, portée 9joursaucou; est en Bohème un febrifuge, de même que la tête, coupée a ce jour la d'une monnaie d'argent; quand on la porte en poche.

Un gargon-charretier de Holzhausen prés Dillingen en Schwaben, pour éprouver la force de la langue de serpent 1'eüt collé dans son fouet.

Le cheval qu'il en touchait chaque matin avait assez pour toute la journée.

Quelquefois on soud la langue dans les éperons du cavalier. La langue arrachée avant St. George a un serpent vif et portée dans la jarretière de la jambe droite rend fort et intrépide.

On prétend en Meclenbourg que la langue du serpent, portée dans les souliers, garantit de 1'atteinte des projectiles et des coups de sabre. Les blés de semence, passés par la peau du serpent, comme par un entonnoir, ne sont jamais attaquées par la vermine ou le gibier. (L. H. Lutzen, Ophiographia Physica-Chymico-Medica.)

Mais revenons a notre tilleul dont les serpents nous ont éloignés trop longtemps et trop loin. Dans la Mythologie Scandinave, Sigurd, après avoir tué le serpent Tafnir, prend un bain dans son sang; une feuille de tilleul lui tombe entre les épaules et le rend, dans cette partie du corps vulnérable.

Non seulement les fleurs et les fruits du tilleul avaient, comme aujourd-hui, l efficacité d'un remède mais les rejetons, mis dans la bouillie qu'un enfant prend pour la première fois, sont un garanti contre les maux de dents. L'écorce, mise sur la poitrine, préserve contre les effets magiques.

Johan Herman Knoop, Hortulanus, Mathematicus et Scientiarum Amator, zegt in zijne beschrijving van den Lindenboom, blz. 53, § 15:

„Voor het overige so heeft deze Boom ook zijn nuttig-

Sluiten