Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Le docteur Joseph Virgile Grohmann raconte de ce petit animal rongeur: „Der Blitz wurde von dem arischen Urvolke ursprünglich als der leuchtende Zahn eines Thieres, einer Maus, gedacht, die in der dunklen Gewitterwolke ■einherfuhr. Spater jedoch identificierte man haufig das Thier selbst mit seinem Zahne und Maus und Blitz wurden gleichgestellt."

Spater sagt er: „Die Mause sind Gewitterwesen, ihr Zahn ist der Blitzzahn. Wenn sie denselben fallen lassen, so wird die Seele des Menschen geborn, die nun als Maus im Körper wohnt um nach dem Tode des Menschen wiederum als Maus zurück zu kehren in den Schaarjener Sturmgeister von denen sie ausgegangen ist." L'auteur «st principalement venu a cette conclusion par la circonstance que 1 ame quitte quelquefois le corps humain dans la forme d un souris. Les cas suivants peuvent approuver cette croyance populaire. Trois ouvriers s'égaraient dans un bois, un d eux se mit a dormir pendant que les deux autres allaient chercher de 1'eau. Après 1 avoir trouvée, ils s'étendaient auprès de lui et virent une souris, sortant de sa bouche, se rendre a la source pour boire; après quoi elle rentra, par la même route, au corps.

Ils éveillèrent le gros dormeur, tout indignés, et lui dirent dun ton de reproche: „Tu es tellement paresseux que ton ame doit aller chercher de 1'eau. Nous ne voulons plus avoir rien a faire de toi et ils s'en allèrent.

Une Meclenbourgeoise, tourmentée du cauchemar, résolut 1 attraper. Elle se couchait chaque nuit, les mains joints au dessus de la tête. Sa mère, qui veilla dans la chambre attenante, 1 entendant gémir s approche d elle avec une bougie allumée; ce qui effraya tellement la fille qu'elle fit tomber les mains en bas et saisit au creux de 1'estomac une petite béte. Sans regarder elle 1'enfonce dans son bas

Sluiten