Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

le soleil. La légende roumaine a sans doute pris sa source en Italië, ou elle a pu se développer sur un mythe hellénique, et précisément sur les amours du soleil Hélios avec la belle Klytia. Par la vengeance de Vénus, indignée contre le soleil, qui avait découvert ses entrevues secrètes avec Mars, Helios abandonne Klytia, étant tombé amoureux de la briilante Leukothoë. Klytia, emportée par la jalousie, dénonga 1'intrigue au pêre de Leukothoë, Orchamos, qui ensevelit sous une colline de sable sa fille toute vivante. Une plante aromatique en sortit; cette plante était 1'éncens, le tkus. En attendant Klytia continuait a être tourmentée par sa jalousie, et a désirer ardemment le retour de son amant, qui s'était entièrement refroidi pour elle. Après s'ètre, pendant neuf jours, nourrie de rosée et de ses propres larmes, en regardant le soleil, elle s'affaissa sur le sol, et fut transformée en une fleur blanche et rouge, qui continue a se tourner du coté de son amant volage. Dans la belle Klytia, le professeur Mannhardt reconnait aussi une espèce de reine des fleurs, de Flora, ou déesse du printemps, figure mythologique qui se confond souvent avec celle de 1'aurore, et dans Leukothoë la lune, la blanche rivale de 1'aurore, la déesse de la nuit et de 1'hiver, qui attire vers elle le soleil.

Dans 1'Inde, enfin, 1'herbe sacrée tulasi personnifie la déesse du printemps Lakchmi, sous sa forme de Sita. Elle aussi aime son époux solaire Vichnu ou Rama, et elle en est brusquement séparée; ayant été transformée en tulasi, elle porte dans sa main son herbe symbolique. (de Gubernatis. Botanique speciale page 86—92). La tulasi ouvre le chemin du ciel aux hommes pieux, c'est pourquoi lorsqu'un. Indien se meurt, on place sur sa poitrine une feuille de tulasi; lorsqu'il est mort, on lave la tête du mort avec de 1 eau dans laquelle on a plongé, pendant que le prêtre

Sluiten