Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

De heer De. F. J. Soesman. Ik meende daaraan slechts een enkel oogenblik te kunnen besteden en wel voor degenen, die van dat onderwerp geen kennis hebben genomen. Indien TT evenwel bezwaar daartegen heeft, dan wensch ik slechts even de aandacht te vestigen op hetgeen 1)r. Berillon, die in Frankrijk den eersten stoot heeft gegeven aan de methode der suggestie in hypnose als middel tot opvoeding, daarvan gezegd heeft:

„Actuellement, en présence des résultats obtenus, on peut considérer la méthode h v p n o-p édagogique comme une science positive, réunissant tous les élements d'une véritable orthopédie mentale. En, effet, il n'est plus permis de méconnaitre la valeur de la suggestion hypnotique, employee comme agent moralisateur et réformateur dans le traitement des enfants pervers, kleptomanes, impulsifs ou vicieux.

Kous avons journellement 1'occasion d'en faire la démonstration expérimentale, lorque des parents, justement préoccupés des tendances impulsives, constatées chez leurs enfants, viennent spontanément nous demander d'appliquer sur ceux-ci la méthode hypno-pédagogique.

L'emploi de ce procédé nous a déja permis de guérir un grand nombre d'enfants, réfractaires aux procédés habituels d'éducation et con.sidérés a tort comme incorrigibles.

Dans un grand nombre de cas, le succes de la méthode hvpnopédagogique a été d'autant plus frappant, et plus convaincant, que les enfants, soumis a ce traitement, étaient sous la menace d'un internement immédiat dans une maison de correction, et qu'on y recourait seulement a la dernière extrémité.

Pendant longtemps, il faut le reconnaïtre, beaucoup de bons esprits accueillirent avec indifférence et scepticisme nos communications sur la valeur pédagogique de la suggestion hypnotique. Aujond'hui le nombre des hommes éminente (médecins, magistrats, professeurs), que nous avons convaincus par des faits probants, est tellement considérable, que nous ne nous arrêterons plus a discuter les objection,s.

Xous nous bomerons a rappeler le cas d'un professeur de philosophie d'un lvcée francais, qui, après s'être montré 1'adver-

Sluiten