Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

„Or," vervolgt hij, „le Présent n'a pas les flexions verbales nécessaires pour marquer cette nuance que le contexte seul peut rendre sensible; en revanche, si nous mettons au passé cette expression „nous partons," il est possible de la faire ressortir, grace aux deux temps: 1'Imparfait et Ie Passé défini. C'est 1'Imparfait qui sert alors a marquer le présent continu, le Passé défini a marquer le présent momentané." Ik geloof niet dat het duidelijker kan en ook vind ik de termen continu en momentané wel zoo sprekend als „beschrijvend" en „historisch," voor leerlingen al te philosophisch abstract: er is een Duitsch tintje — van Matzner? — aan. Prijzenswaardig is het echter in Herckenrath, dat hij de volgende opmerking geeft (p. 52): „Er is in den laatsten tijd bij sommige schrijvers een manie om den imparfait te gebruiken, waar men 'n historischen tijd zou verwachten. Men wil dan de zaak zóó levendig voorstellen, dat men zich het air geeft te beschrijven wat men als 't ware onder zijn oogen ziet gebeuren. Met andere woorden, wat P. Bourget zegt: 1'Imparfait est le temps du „devenir" (Robert, Gr. fr. p. 330). Hoe 'n andere Franschman van naam over deze zaak denkt, ziet met uit Lanson's L art de la Prose, verleden jaar verschenen: L'usage des romanciers naturalistes a conféré une valeur artistique a 1'imparfait de 1'indicatif; ils 1'ont constamment substitué aux autres temps du passé, et au présent, souvent employé par leurs devanciers pour le passé comme donnant plus de vivacité au récit... Les présents et passé narratifs donnent au style cette réalité pure que traduit 1'image de la glacé sans tain; 1'imparfait compose un réalisme artistique et fait voir les actions comme sur la toile d'un peintre. II est le temps pittoresque de notre langue. Chateaubriand s'en était douté. Mais ce sont nos naturalistes qui 1'ont démontré, jusqu'a 1'abus.

Is het echter gehéél waar, dat de présent geen middelen in 't algemeen heeft om 't verschil tusschen continu en mo-

Sluiten