Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMU-SANTES. t ïioient pas a lui donner des talens futües. Quand elle eut atteint 1'age oü ■un feul inftant de foiblefle peut faire le malheur de la vie entiere, Lormon tak toiis fes fóms a furveilier fa conduite. Bien perfuadé que les dangers d'une jeune perfonne font ton jours en proportion de fa beauté, il fembloit ne rien épargner pour la prémunir contre les pieges de la fédu&ion; il montroit pour elle, en un mot, tourc 1'mquiétude que peut avoir un pere pour 1'honneur de fa fille. Cette conduite étoit bien faite pour lui concilierfellime publique ; auffi ne voyoiton rien de comparable a la vertu du tuteur que la beauté de la pupille.

Mais il eft temps d'arracher a Lormon ce mafque de vertu. Ce qui reflembloit en lui k 1'inquiétude dun pere tendre, n'étoit que la jaiou/ïe intereffëe d'un amant; en furveillant ion Orpheline , il fongeoit bien plu-

A iij

Sluiten