Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ÏO Les Soirees

-roulez voir fi mon cceur eft digne de vos tendres foins , ü mes fentimens répondent a 1'éducation que vous m avez fait donner. Oui, mon pere , cotitinua-t-elle en fe je tant a fes pieds, croyez que je mets ma vertu au nombre des bienfaits que j'ai reeus de vous: c'eft le plus précieux de vos bientaitsj il m'eft plus cher que la vie; & je iure a vos pieds , que je réfilterai a tout, que je faerifierai tout pour le

conferver. v

Ce difcours étoit bien propre a detruire les efp^ances de Lormon-, & ce qui le chagrinoit fur-tout, eelt qu'il n avoit pas plus le droit de s en plaindre,que le pouvoir de le refum II fit encore d'autres efforts qui „Vfurent pas plus heureux & enfin, quoique Rofette s'exprimat toujours avec douceur ,& mêmc avec amme, elle parut fi ferme dans fes refus, que Lormon vit bien qu'il ne devoit en

Sluiten