Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

■AMUSANTE 2£

Cependant les remedes , les foins, & plus encore 1'amour, commencerent •a difliper les craintes qu'on avoit fur 1'état de Minval. On le trouvoit mieux de jour en jour, & 1'on compta bientót fur une prompte & parfaite guérifon. Sa fanté rendit fes converfations avec Rofette plus fréquemes ; & le femiment qui les animoit tous deux, y ajoutoit chaque jour un nouveau' degré d'intérêt. Ces converfations rouloient alTez fouvent fur 1'amour ; Rofette un jour rendoit compte a Minval d'une ledure qu'elle venoit de faire: il étoit qucftion par hafard d'un amant éloigné de fa maureife , qui, étant malade & perfécuté pour elle , n'avoit pas meme le pouvoir de 1'en inftruire. Ils s'attendrirent 1'un & 1'autre après quelques réflexions mutuelles. II eft 4 plaindre , dit' Rofette : il le feroit moins, s'il étoit auprès de ce qu'il aime. Que dites-vous, Rofette, in-

E iij

Sluiten