Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

A M V S A X T E S, t ï pas hks pour la guérir de fon amour; elle fentit dcs-lors qu'il étoit devenu néceffaire a fon bonheur. Elle ne pouvoit douter de la tendreffe de Minval, & cette feule idéé la rendoit heureufe; mais la réflexion vint empoifonner fes plaifïrs. Quel fera le fuccès de leurs •amours ? Rofette connoit fon origine & celle de Minval. Minval n'eft pas ïe maïtre de fon fort ; Sc quand il le feroit, voudroit-il en difpofer malgré fes parens ? en fuppofant même qu'il le voulut, devroit - elle y confentir? Toutes ces réflexions étoient défefpérantes. Ils retomberent 1'un Sc 1'autre dans la plus vive inquiétude; Sc malheureufement les tentatives que fit Minval pour la faire ceuer, ne fervirent qu'a 1'augmenter encore 5 car ayant voulu fonder adroitement les difpoftions de fa familie, il vit qu'elles n*étoient nullement favorablcs a fon amour.

Sluiten