Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

4o Les Soirees

Antoinette, orpheline des fon basage , ne devant poiïéder qu'une trèspetite fortune , vivoit chez un tuteur qui étoit des- amis de d'Ambreville. Ce deniier avoit toujours eu pour elle 1'amitié la plus tendre, & menie la plus défintéreiféecar il ne 1'avoit encore vue , comme je Pai dit, que jufqu'a 1'age de neuf ans. Alors elle jouoit fans ceife avec lui; d'Ambreville lui apprenoit mille petits jeux, des tours de cartes qui 1'amufoienr, & elle le follicitoit fans ceiïe pour en apprendre de nouveaux. II lui montroit a déclamer la tragédie , la comédie toutes ces leeons , ou pour mieux dire , tous ces plaifirs lui avoient donné fur elle un afcendant, une efpece d'autorité paternelle. Auifi 1'appeloit - elle fon papa , quoique d'Ambreville eüt alors a peine vingt ans.

La première fois qu'il la revit, il fut étonné, malgré lui, de Taccueil

Sluiten