Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

€i Les Soirèes ©btenir fon confentement j qu'une fois ce confentement arrivé, il n'auroit . plus d'autre défr que celui de hater le moment ou il lui jureroit, au pied des autels , une fidélité inviolable,

Ce difcours étoit-il vrai? Non. Queï ctoit donc fon motif ? Le voici. Une femme honnête , quand elle ne voit dans fon amant qu'un homme que les liens facrés vont bientót unir a elle , ne tarde pas a donner 1'eiTor a fa tendreffe; loin de s'en méfier , elle s'y livre: trop de fécurité eft fouvent FéV cueil de la vertu.... Voila fur quoi étoient fondées les efpérances du Comte.

Quelquefois pourtant il rougiffoit «de fa conduite. La belle Efpagnole lui avoit donné fon portrair, chaque jour al recevoit d'elle les lettres les plus tendres *, en les lifant il fentoit les remords s'élever dans fon ame , fouvent même il étoit tenté d'unir fon fort au fien. Mais la feuie idéé de

Sluiten