Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANT- ES. y?

dcmeure, du pain Sc de 1'eau pour iipurriture, quelle fïtüation i.... Ah l que la tendre Rofa la fentit vivement ! Tous deux accablés, tous deux immohiks, ils gardoient le flence. Le Comte le rompit le premier. ^ Le repentir Sc la douleur me dévorent. J'ai pu vous offenfer, je fuis le plus coupahk des hommes : ö Rofa ! je n'attends point de pardon , je n'en demande point ; mais j'ofe vous attefter que depuis 1'inftant fatal oü j'ai eu la haffelle de vous trahir , mon cceur n'a pas joui d'un moment de repos; ce n eft qu'alors que j'ai fenti combien vous m'étiez chere. Les fens, la va*hé% voiU Jes feuls liens qui m'attachoientaTinfame Léonore. Un fentiment profond que je m'efForcois de rejeter, voila ce qui m'attachoit h vous. Mais que vous etes vengée ! Je Tai retrouvée au fond de mon cceur , ce fentiment que je croyois éteint; il

D iij

Sluiten