Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. Quel ordre arareux, s ecrie le Comte! II ne peut en dire davantage, & tombe privé de toutc connoiftance. Ses domeftiques le ramenent chez lui j il S»J Wau plusaffreux défefpoirjil écrit lettres fur lettres : point de réponfes. Pendant plufieurs jours, il fe préfente* a la porte de cette femme aufli étonnante que vertueufe; il ne peut jamais pénétrer jufqu'a elle. Ce n eft plus ce perfide qui ne cherchoit quMla tromper, c eft un amant paffionné, fincere, qui ne peut plus vivre éloigné de celle qu'il adore. II pafTe des nuits entieres autourde fa demeure, les yeux fixés fur les murs qui la renferment; il Coupire , il pleure; une paleur affreufe défigure fon vifage. Le chagrin le confume \ il ne marche plus, ilfe traïne. Un ètat G violent neut pas tardé I le conduire au tombeau.... Mais, quelle ueureufe nouvelle IRofa le demande, Rofa veutlui parler.,.. Modere ta joie*

D vj

Sluiten