Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

94 Les Soirees don le hameau qu'elle habitoit comme 1'endroit oü fes jours devoient finir. Perfuadée que 1'orgueil ifole tout, elle favoit en éviter jufqu'au foupcon; Sc 1'éducation qu'on lui avoit donnée ne lui fervoit qu'a mettre dans fes foins, ces attentions , ces prévenances, ces rufes innocentes du cceur , qui rendent 1'amitié plus aimable. C'eitainfi qu'Eulalie couloit des jours heureux entre 1'amitié, la nature Sc 1'amour. Le fouvenir d'un pere tendrement aimén'étoit pas effacé de fa mémoire mais la nature, dont 1'intérêt s'oppofe aux douleurs éternelles, verfe toujours un baume fur les bleffures du cceur. Après avoir pleuré douloureufement la mort d'un ami, d'un pere, il arrivé un temps ou quclque douceur fe mêle a 1'amertume de ce fouvenir ; Sc fi Fon pleure encore , ce font plutót des larmes d'attendrhTement que de douleur.

Tandis qu'Eulalie , fatisfaite de foa

Sluiten