Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

4 M U S A N T E S. til

l lui avec fes enfans, Sc tomba fans connohTance a fes pieds. Un fience général, &une certaincfenfation qu'il elf impoffible d exprimer, rendit cette fcene fi touchante, que je ne me fouviens pas d'avoir vu ou éprouvé quelque chofe de femblable. Arifte jetant fes bras autour de fa femme Sc de fes enfans,ies tint long-temps ferrés contre fon fein; Sc après qu'il eut repris fa fermeté, il fe leva, couruta moi ,8c m'embrafta tendrement. Ah Jmon ami, s'ecria-t-il, ou vous me rendez aujourd'hui la vie, ou vous me caufez la mort la plus cruelle. Soyez tranquille 'Arifte, lui dis-je, votre époufe feroit Ia plus criminelic des femmes, ft elle étoit capable de vous en impofer en ce moment; je fuis sur qu'elle eft innocente & digne de tout votre amour.

U s'éleva alors un grand murmure Chacun pritle parti de 1'époufe infortunéc. On fe mit enfin a table ; nous

TQtW II. £•

Sluiten