Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ïi3 Les Soirees

L'ALCHIMISTE CHINOIS, Nouvelle.

Un de ces fourbes qui difènt avoir trouvé la pierre philofophale , affe&oit par-tout un grand air de probité, Sc fur-tout le défintérelTement d'un homme a qui Tor nait fous la main. II trouva le moyen de fe faire connoitre d'un riche Seigneur, qui, après avoir occupé les premiers emplois de FEmpire , s'ctoit retiré dans fa Province. II s'infnua adroitement dans fa maifon; Sc peu a peu il fut ü bien le captiver par fes complaifances Sc par fes foupleffes, qu'il gagna entiérement fes bonnes graces. Alors il lama échapper dans fes entretiens eertains traits de fon habileté dans la tranfmutation des métaux. La curiofité du Mandarin fut extraordinairement

Sluiten