Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

iji Les Soirees

que la prudence devoit venir au. fecours de fa vertu. Les innocens ftratagêmes, ou plutöt les heureufes infpirations de fon cceur, réprimoient la fougue de fon tyran. Tantöt un coup-d'ceil afturé, interprete de la noble fierté de foname, enchainoit fes défirs, ou du moins arrêtoit fes coupables efforts (tant il eft vrai que le vice qui ofe immoler la vertu n'ofe pas toujours la regarder fans trembler)-, tantöt, par un regard attendriftant qui fembloit lui dire , Je perds la vie ft vous me raviflez I'honneur , elle fembloit le défarmer au moins pour un inftant. Elle en venoit même quelquefois jufqu'a lui laifter tout efpérer fans lui rien promettre.

Tandis que la pauvre Miléfie pafte les jours & les nuits dans la crainte & dans la douleur , que fait fon pere infortuné ? II avoit attendu quelques jours avec irepatience , mais avec fécurité, des nouvelies de fes deux enfans

Sluiten