Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

A M U S A N T E S. igf

quefois que Je péril augmcntoit, clfc aJloit fe cacher un moment , pour aonner un iibre cours a fes Jannes. Comme fon cceur étoit agité ! EUe craignoit a chaque inftant que Je Ciel ne vouJiit punir fes fautes par ceJJes de fa fille.

Dans la foule des amans qui couroient après Lucette, 8c qui n>héfitoient point a fe déclarer (car il n'y avoit rien chez elle ni autour d'elie qui put leur en impofer ) , on diftingua deux jeunes gens plus aimables ou plus empreffés. L'un deux, né de parens fort riches , sadrefta un jour a Conftance, & lui fit, pour Lucette, des propofitions qui alarmerent fon coeur maternel. Elle en connoilToit le danger, car elle y avoit fuccombé autrefois. Cet amant ofFroit de donner a la jeune perfonne une maifon brillante , un équipage , 8c tout ce qui peut féduire un jeune cceur. Conftance

Sluiten