Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. lö7

A la fin le vieux oncle mourut. SaintMérice devenu riche & indépendant, renouvela, avoua publiqucment fon manage j öc Camille n'ayant plus rien a défirer , pouvant fuivre par-tout fon époux, fe crut guérie de fes terreurs. Mais c'étoit un feu qui couvoit fous la cendre, & qui fut encore füjet a plus d'une explofion. Cependant SaintMérice la prêcha tant, elle eut tailleurs dans fon nouveau genre de vie tant de fujets de diftraclion, que fa jaloufie devint moins bruyante. Elle forma des liaifons d'amitié; elle vit les Specracles, connut les Bals: d'ailjctirs 1'habitude de voir le monde öc de vivre a Paris lui fit regarder comme un devoir facré ce qu'on appelle politelTe. Elle s'afiervit aux bienféances, öc garda a Saint-Mérice un amour plus confiant. Mais, l'amour ! efi-ce bien la le mot que je devois employer ? efi-ce a la raifon qu'il faut attribuer le change-

Sluiten