Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

tiö Les Soirees

étoit fortie, & je viens voir li elle eft rerenue. — Mais, Philippe.... ö

ciel! — Depuis quinze jours il eft

de même.

Quel coup de foudre pour la tendre Louife i voila donc le fuccès d'un voyage , d'oü ils avoient attendu tout leur bonheur. Elle continue d'interroger Philippe \ mais pendant le féjour de Dorval a Wefèl (c'eft-la qu'il devoit recueillir fa fucceflion) Philippe avoit été abfentplufieurs jours. A fon retour, il avoit trouvé fon maitre enfermé , feul, livré a la plus fombre triftefte, & qui ne lui avoit parlé que pour lui donner fon congé.... on n'avoit plus de pain a lui donner.

A ce récit, 1'infortunée Louife demeure comme anéantie.... Que lui eft-il

donc arrivé?.... Par quel accident?

Qu'il m'explique ce myftere; je veux le voir, lui par Ier , a 1'heure même.... pu je meurs,... Philippe eft obligé de

monter.

Sluiten