Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

tiS Les Soirees cacher pour ne pas affiiger votre tendrefle. La violence de mes parens, qui vouloient me faire époufer un jeune homme indigne d'eux & de mov m'a rendue coupable &c malheureufe, J'ailai me jeter dans les bras ^ d'un Officier qui étoit en quartier d'hiver i \Yefel, qui m'avoit parlé d amour j Sc qui avoit fu me rendre fenfible. Ii me donna le titre de Ton époufe. Mais, hélas! ce cceur que j'avois cru digne de mon amour, n'avoit brulé que pour ma fortune. II s'étoit flatté de fe réconcilier avec mes parens par 1'entremife de fes fupérieurs. Mais quand il vit fon efpoir décu par i'inflcxibilité de mon pere, qui me déshérita, & qui fit pafter en mourant tous fes biens art jeune homme qu'il avoit voulu unir a mon fort, mon cruel époux ne cacha. plus fes fentimens fous une fauiTetendrefie ; le dégout fuivit le repentir 3 la haine s'y joignit bientot s enfin il cu*

Sluiten