Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. tiy

IE MOYEN INFAILUBLE,

C O N T E.

D'Ek ville étoit d'un rang a(Tez dife étoit riche; d'Erville «oit ,eune encore: ces titres ne «_ rantuTent pas de l'amour, mais il, ne font pas fuffifa„s pour fe fefë aj_ nier. Laurette n'avoit ni nailfance ni tortune; mais elle étoit jolie D'Ev vdle la vit, Sc 1'aima. Ce n'étoit pas Ja le plus difficile; car, comme je 1'ai deja dit, Laurette étoit une fille charmante : fa taille feule, a la voir de lom , auroit fuffi poUr faire des con«uetes ; fa %ure étoit encore au-deffus. Dès que d'Erville 1'eut vue, il ne «ongea plus qu>au moyen de Ja revoir.

.Ireuffit même 4 lui parler; mais pour « jout-tó, Ü ne voulut point faire eonnoure fes fentimens. La maniere

K vj

Sluiten