Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S, 11?

'étoit déji emparé. Le jeune Verval n avoit pas vu Laurette fans 1'aimer & ilne 1'avoit pas aimée fans fuccès' «1 ne fit point de promeiTe infideile ; il ne hafarda point de careffes impertinente* ; il n'envoya ni préfens, ni pents vers; fes regards parierent pour lui, & la réponfe ne fut ni tardive ni défefpérante. '

D'Erville rebuté, n'en fut que plus amoureux; & ajoutons ici qu'il avoit toutes les qualités qui font un homme «mable. II mic dans fes pourfuites des formes plus honnétes; il en vint meme jufiqu'A les ]égi„mer par des oftres de mariage. Ces offres ne parvmrent pas è vaincre le coeur de Laurette ; mais fes parens n'y réfifterent Pomt: ils fe rangetem du ^ ^

dErvilIe,q„i eut la iiberté de la voir & de lui parler. Cette iiberté lui parut un garant de fes fuccès; il comptoit ou lur l'amour, ou fur 1'amour-propre ■

Sluiten