Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. l3t qu'alors; il devint bientöt odieux. Tyrannifer l'amour, c'eft encore pis que J'importuner; auffi Verval n en fut que plusaimé. Nos deux amans fe voyoient moins , mais ils fe déftroient davaniage 5 ils fe voyoient, ils s ecrivoient même; car il eft impoffible d'anéantir toute correfpondance entre deux cceurs qui s'aiment bien.

Que fera donc d'Erville, ft riche , fipuiffant, ftaimable Sc ft peu aimé > II étoit prés d'abandonner fes projets, & de renoncer a la main de Laurette* Enfin, avant de fe retirer,il prit le parti d'écrire une longue lettre , qu'Ü médita long - temps, Sc qui étoit con~ £ue en ces termes ;

^ Belle Laujrette, » Je vois que tous mes efforts pour » me faire aimer, ne fervent qu'a irri* ? terr votre haine. Je vois que Ja févéwrité de vos parens devient mon

Sluiten