Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMU SANTÉ S. 1$ f refufer. C'étoit-la des efpeces de douceurs ; öc Ton peut dire que d'Erville n'avoit jamais été traité auffi-bien que le jour qu'il avoit regufon congé.

Ces politeftés ne le confolerent point. C'en eft fait, dit-il, il faut donc renoncer a ce que j'aime, a tout ce que je pourrai jamais aimer. La nuit qui fuivit ce cruel congé , fut des plus longues pour d'Erville ; fes yeux ne purent fe fermer un moment : il ne formoit plus aucun projet : Laurette étoit perdue pour lui. Au milieu de fes réflexions léthargiqués , il fe fentit comme frappé d'une idéé qui lui rendit tout-a coup un rayon d'efpérance. D'Erville avoit de 1'efprit; il connoiffoit le cceur humain ; il enfanta un proiet aftez hardi , rare, öc qui furprendra fans doute.

J ai dit que d'Erville étoit fort riche : il en avoit befoin pour le deftem qu'il avoit formé. II cefta pendant

Sluiten