Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

144 1 E s S ° 1 R E S avoir pris une nouvelle face ; la promenade étoit plus belle. On ne vit par, tir d'Erville qu a regret j on le revit avec un nouveau plaifir. Laurette lui favoit tant de gré de la délivrcr de l'cnnui d etre feule avec Verval , & Verval étoit fi charmé de voir d'Erville entretenir Laurette \ il fembloit le remercier de 1'arfranchir d'un foin pénible Sc faftidieux. Enfin , quand d'Erville, qui fiiivoit tous leurs mouvemens, crut avoir trouvé le moment favorable , il pria Verval de lui céder laurette j & Verval accorda cette priere de 1'air dont on recoit un bien-. fait. D'Erville alors offrit fa main a Laurette, qui la reout avec reconnoiiTance, non par amour pour lui 9 mais par le défir d'etre déiivrée de Verval, quelle voyoit depuis fi longtcmps. Toute la familie fut enchan-. téc de eet événement & d'Erville^ qui vouloit que tout le monde fut content 3 fit la fortune de Verval

Sluiten