Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. z<$

repos ? quelle affreufe nuit elle alloit paftér ! A peine fut - elle dans fon Kt, qu'elle fentit fes larmes couler abondamment. Malheureufè Cécile, fe difoit - elle i tu pleures! .... Pourquoi ces larmes & ce défefpoir ? tu n'étois pasaimée ! Que dis-je? on ignoroit ton amour. Et elle reprenoit enfuite: Ah ! du moins fi je n'avois pas le cceur de Vermiily , perfonne ne le poflédoit. Et puifque je pouvois vivre Sc lui cacher mon amour , fans doute qu'a mon infeu 1'efpérance reftoit tou* jours dans mon cceur. Quelquefois elle fe reprochoit fon filence. Hélas ! s'écrioit-elle, qu'ai-je fait ! peut-être ü j'avois parlé , j'aurois prévenu .mon malheur ; aujourd'hui il eft fans remede. Irai - je me déclarer la rivale de ma mere? mon amour étoit innocent, il eft aujourd'hui criminei. Que dis* je, parler?le pouvois-je ? le puis-je encore ? Eh ! quand mon fexe ne m'en

Sluiten