Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

a£4 L E s Soirees vous tourmente en ce moment. Je vous connpis, Cécile, la maladie vous feroit fouffrir ; elle ne vous feroit pas pleurer, Sc vous pleurez. Quoi ! je pleure , secrie la pauvre Cécile en s'effuyant, je pleure !

Alors Vermiily crut devoir fe retirer. II alla retrouver'la mere , Sc lui dit que Cécile paroifloit un peu mieux, mais quelle avoit befoin de tranquillité.

Le lendemain Cécile quitta fa chambre, entretint fes fceurs qui 1'aimoient, Sc parut plus tranquille , peut - etre paree qu'on ne lui parloit de rien, Sc qu'elle fe flattoit que rien ne fe renoueroit fans qu'on lui parlat. Le pere avoit voulu autrefois avoir le portrait de Vermiily comme celui de fes enfans , Sc il 1'avoit placé dans un cabir net ou il travailloit fouvent avec lui. En allant Sc venant dans la maifon , Cécile, foit par hafard, foit entrainée

doucement

Sluiten