Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Les Soirees

naturelle, il auroit craint de devoir a fon rang, ce qu'il vouloit ne devoir qu'afon amour. Quoi qu'il en foit, il ofFrit fes fervices , qui furent acceptés. Sa phyfionomie prévint en fa faveur; &: il ne préfumoit pas trop de fon intelligence , quand il promit de (e rendre très-utile. Le prétendu pere dc Georgette étoit un Jardinier-Fleurifte; Sc le hafard ayant voulu que d'Orly fe fut toute fa vie occupé de la culture des fleurs, ils pouvoient aifément fe convenir. La faculté de voir fouvent Georgette, de vivre avec elle , lailfoit a d'Orly 1'efpérance de lui plaire Sc de lui infpirer un amour défintéreffé; car il avoit réfolu de demeurer inconnu , même a Georgette. II auroit bien voulu ne pas la quitter un moment; mais il craignoit, avec raifon, que fon pere ne fut averti de fon abfence. II dit donc a fon nouveau maitre, qu'il étoit obligé d'aller coucher le foir

Sluiten