Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

A MUSANTE S. 2^

chez fon pere qui étoit a quelques lieues de la; inais que fon devoir n'en fouffriroit point. Onrefpeda fonmotif;& on le plaignit feulement des fatigues qu'il alloit endurer.

Sans doute d'Orly avoit prïs fes mefures , en cas d'informations; peutêtre auffi navoit-il pas poufte la prév-oyance fi loin; car l'amour eft plus ardent a déftrer, qu'adroit a combiner fes démarches. Au moins avoit-il Jaifte fon cheval a quelque diftance de 1'endroit; &il en payoit fort cher Ja nourriture öc ie logement, paree qu'avec fon cheval on avoit promis de garder auffi fon fecret. II voyageoit donc la nuit, öc travailloit le jour; c'eft-a-dire, qu'il ne dormoit guere. Mais fes travaux du jour le confoloient bien des fatigues de la nuit ! II voyoit Georgette ; öc dès qu'il l'avoit vue, il fe trouvoit délafté. Comme Georgette étoit 1'unique objet de fes travaux', il

N vj

Sluiten