Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

tcö Les Soirees

les dirigeoit fans ceife vers fes plaiftrs. Ce qu'elle aimoit le mieux , profpéroit toujours le plus ; la fleur qu'elle préféroit, étoit toujours la mieux cultivée. On fait que dans les jardins il y a toujours un eridroit, une allée qu'on affeclionne le plus; d'Orly avoit eu grand loin de remarquer J'allée favoïite de Georgette; & 1'on juge bien que celle-la étoit mieux foignée , plus propre que le refte du jardin. Quand elle s'y promenoit, il la fuivoit piefque toujours, quoique fans affectation, avec fon rateau a la main; & il s'y prenoit ft bien , que lorfqu elle revenoit fur fes pas, 1'endroit qu'elle venoit de parcourir fembloit n'avoir pas encore été foulé. Dès qu'il avoit vu Georgette (iairer une rofe, il alloit lui-même la baifer amoureufement; Sc quel baifer voluptueux ! Cette feule rofe avoit alors de quoi flatter tous fes fens a la fois. II alloit s'affeoir ou

Sluiten