Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

3i4 Les Soirees pas fa complice , mais je vous ai rcndu malheureux , je fuis criminelle, Ce peu de mots pouvoient défabufer 8c éclairer d'Orly ils ne fuffifoient pas pour inftruire Minval, qui venoit de tomber dans le plus profond étonnement. Alors d'Orly, a qui Georgette vient de rendre la vie 6V la force de par Ier, tombe a fon tour aux pieds de fon pere, & lui raconte Thiftoire de fes amours. O mon pere , ajouta-t-il, j'ai adoré la beauté, la vertu. L'excès de mon bonheur m'a rendu coupable. Mais pourrez-vous' connoitre Georgette , & ne pas me pardonner ? J'avois choiii pour femme celle que vous avie2 adoptée pour fille. Si c'eft un crime, puniftêz - moi. Non , s'écrioit Geor* gette , c'eft moi feule qu'il faut punir ; pardonnez a votre fils. L'un & l'autre en parlant ainfi, tenoient embraffés les genoux de Minval. Minval oublie alora de les rek ver, & fes yeux & fon cceu*

Sluiten