Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AM'U SANTÉ S. 7 tlans le monde avant de la marier; mais n'y en a-t-il pas auffi a Ten tenir trop éloignée jufqu a ce moment ? ne feroit-il pas plus fage de fy accoutumer par degrés , au lieu de la faire paffer brufquement de la fervitude a la plus grande liberté : car c'eft ^-peu-près 14 le chemm qu'on fait faire i une jeune fille, quand on lui donne un epoux au fortir du Couvent ? Quelle violente fecoufle en efFet pour une jeune tête , que de lui faire quitter tout-a-coup, Sc le même jour, la folitude pour le monde, öc la fervitude pour Tindépendance ! Que fera-ce, s'il vient a s'y meier des paffions vives , Sc Tamour des plaiïïrs ?

Les réflexions que nous venons de tranfcrire, font le réfultat d\me converfation qu'eut avec M. de Minval, le bon M. de Clinfort, qui, comme' on fait, raifonnoit toujours entre le pour Sc le contre. Tels font en efFet

A iv

Sluiten