Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. jy

terie, & fans oublierla lec:on, on Ia lui pardonnoit.

Quelque temps après il la bouda un jour entier, paree qu elle avoit parlé en compagnie a fon mari avec une légéreté indifcrete. Une autre, a la place du Chevalier, auroit eu fair d'un pedant, iln'avoit 1'air que d'un homme aimable. Comme il craignoit quelquefois qu'elle ne lui cchappat, il étoit tendre öc emprefTé, & c'eit a la faveur de la galanterie, qu'il pouvoit faire parler la raifon.

En vérité, difoit quelquefois Madame de Milcour quand elle fe trouvoit feule , il me femble que me voila dans une fituation aflèz fnguliere : il faut que je faflè ma cour a mon mari, pour plaire a mon amant ! j'aurois cru tout le contraire. Ce Chevalier eft, ma foi, plus original que je ne 1'aurois foupconné.

Cependant celui-ci pourfuivoit tou-

Sluiten