Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

?.x- Les S o i n £ e- s

fantailies d'autrui, eut regardé fans doute comme une duperie de réiifter aux fïcnnes; Sc elle fe rlatta de féduire Milcour par fon crédit, li elle ne pouvoit y réuffir par fes charmes. Mais on voulut tenter Ion cceur, avant de chercher a intérefler fon amour-propre out fon intérêt. Par-tout ou le rencontroit la Ducherïe de.... (c'étoit cette célebre beauté ) les premiers regards, les premières queftions, lui étoient adrelfés. II y répondoit d'un air vague Sc indifférent , qu'on auroit pris pour de la bétife, li 1'on n'avoit fu qu'il aimoit fa femme. C'elt eet amour-la qui piquoit la DuchelTe , elle bniloit d'en triompher. Infpirer un premier fentiment a un homme , ou engager un homme aimable dans une première infidélité, ce font deux conquêtes pre£ que également glorietifes , & la Du> chefle étoit très-avide de gloire. Aufïï ne négligea-t-elle rien pour fubjuguer

Sluiten