Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

^4 Les Soirees

nöiflbit la liberté, la raifon, 1'amour^ qu* par ouï-dire.

Elle fe réfout donc a faire un heu~ reux ; mais un point 1'embarrafToit: il s'étoit abfolumen tu fur fa figure, & il eft fi ordinaire aux gens laids de parler raifon ! Lucinde fentoit que la fienne ne lui permettroit jamais d'étre heureufe avec un mari repoufTant> elle écrivit cette lettre.

33 Puifque je fuis obligée de choifir » je dirai avec la franchife exigée , que 33 le premier m*a plu , le feeond m'a: »3 ému , le troifeme m'a perfuadée s >3 j'agrée donc les démarches qu'il S3 pourra faire auprès de mes parens.« Elle eut cependant la force d'ajouter ce correctif : 33 Je défïre que fa figure 33 puifle arrêter fur lui mes yeux avec 33 complaifance «„ Etpuis enfuite: 33 Je 33 ferai de Jeudi en huit au Bal de. fQ33 péra. cc

Jufqu a ce jour elle fut fouvent avec

Sluiten